Nombreuses expositions personnelles

2017 Waremme – Galerie Évasion
2010 Waremme – Galerie Évasion
2010 Düsseldorf – Galerie Nicols
2008 Porto Ciervo (Italie)
2006 Liège – Galerie Liehrmann
2005 Xhoris – Galerie 13
2004 Liege – Galerie Liehrmann
2003 Barcelone-Grupo Batik Art
2002 Liège – Galerie Liehrmann
2000 Liège – Galerie Liehrmann
2000 Knokke-le-Zoute – Galerie Argo
2000 Huy – Château à l’horloge
1999 Liège – Galerie Liehrmann
1998 Liège – Galerie Liehrmann
1996 Liège – Galerie Liehrmann

1992 Rutherford (New Jersey) – Galerie Art Wall +B
1990 Liège – Galerie Valère Gustin
1989 Liège – Galerie Différences
1989 Bruxelles – Galerie la louve
1983 Paris – Galerie de la Platone
1982 Liège – CGER
1980 Liège – Galerie Valère Gustin
1980 Gand – Galerie Kaleidoskop
1978 Verviers – Galerie Primaver
1977 Liège – Galerie Valère Gustin
1973 Liège – Société Royale des Beaux-Arts (avec Rudy Pijpers)
1969 Liège – Galerie du Bois d’Avroy
1967 Bruxelles – Galerie Contrastes
1966 Bruxelles – Galerie Racine

Cet ancien professeur de l’Académie des Beaux-Arts de Liège occupe une place de choix dans le paysage contemporain de la peinture belge. Mais la portée de ce peintre ne se limite pas à une école. Avec Jo Rome, vous voici à présent «ailleurs», à la lisière , entre rêve et réalité , entre vie et mort, dans un monde qui reflète le visage de l’artiste, qui constate qu’il ne peut répondre à ces deux questions «pourquoi sommes-nous ici?» et «vers où allons-nous?»

Lucien Rama

Critique d'Art à Liège, avril 2006

Jo Rome libéré

On croit bien connaître ses amis. On les rencontre souvent. On est en complicité et on aime leur art pour ce quelque chose de confidence voilée qui nous renvoie à nous-mêmes. Ainsi Jo Rome, mémorialiste d’une enfance comme tant d’autres, avec ses petits faits, ses souvenirs fondateurs du présent de l’adulte puis de l’homme. Le village, la fête annuelle, le gros paletot usé des temps durs de la guerre, l’épicerie familiale, les petites fugues dans la campagne proche, l’école et les jeux, les collections de bric et de broc. Intimiste et de nature peu expansive, Jo Rome s’exprimait, se confier dans sa peinture, dans ses dessins, dans ses collages : «carnets de bord» d’un homme pudique et nostalgique. La peinture était comme subordonnée à la vagabonde recherche de l’enfance. Aujourd’hui, et depuis peu de temps, le rapport peinture/mémoire est inversé : la peinture/peinture prime même si les «sujets» n’ont pas radicalement changé. Cette mutation permet à Jo Rome, jadis inquiet, de dire aujourd’hui qu’il est «enfin satisfait». La libération est évidente. Certes, il y a toujours le petit personnage emblématique, l’épicerie, des enfants, la campagne mais le pinceau décrit moins, il est plus allusif. La couleur lavée, comme le temps lave les souvenirs, exulte et pour cela une simple tache amplifiée, prolongée suffit. Ainsi, Jo Rome atteint à plus d’expression ; l’anecdote aussi charmante soit-elle n’est plus que le point de départ, «alibi». La nostalgie n’est plus ce qu’elle était : elle est devenue joyeuse dans la joie de peindre ; le poids du passé s’est allégé, la main et libérée et l’esprit, la couleur c’est dématérialisée. L’homme et le peintre semblent pleinement heureux dans une sorte de lumière qui chante la vie. Cela se sent, cela se voit est l’ami de tant d’années qui signent cette introduction à l’exposition des œuvres récentes de Jo Rome se réjouit que le bonheur rejoigne le talent.

Jacques Parisse

Critique d'Art à Liège, mai 1996

Share
Share